Lomé, la capitale du Togo, s’honore d’abriter la première édition du Festival International de Film Environnemental (FIFE) du 20 au 22 Avril 2016. Le lancement officiel de l’évènement a eu lieu ce vendredi 15 avril 2016 à l’Institut Français de Lomé.

Le Festival International de Film Environnemental est né de la volonté d’un consortium de deux associations estudiantines de l’Université de Lomé. Il s’agit de Rideau d’Afrique et du Groupe de Réflexion et de Réalisation de Projets d’Avenir (G2RPA). Ces deux associations ont décidé de passer à l’action face aux problématiques environnementales que connaissent depuis un temps nos sociétés.

« Nous avons envie de transmettre un message. Pourquoi faut-il penser à notre environnement ? C’est ça notre grand questionnement et c’est ce qui nous a conduit à initier ce festival. Nous voudrions qu’à travers ce festival les gens prennent conscience du danger que nous courons quand nous détruisons notre environnement, lorsque nous coupons les arbres. On voudrait réveiller les gens, on voudrait que les gens comprennent que si on ne se lève pas aujourd’hui et si on ne pense pas à notre planète, demain il n’y aura rien pour nos enfants » explique Charles Kodzo Mawufémo Etsi, promoteur du festival.

Le FIFE a donc pour but de susciter une prise de conscience et d’encourager les initiatives en matière d’écologie et de développement durable. C’est un festival qui s’inscrit dans la droite ligne des recommandations issues de la COP21 tenue en décembre 2015 à Paris. Le Togo sera accompagné dans cette aventure environnementale de quelques pays de la sous-région ouest-africaine et de la France.

Des conférences thématiques liées à l’environnement dans le contexte local et international, des projections des films en compétition, des concours de slam et de peinture sont quelques-unes des activités qui vont meubler les trois jours de ce festival qui se veut être un évènement annuel, gratuit et ouvert au grand public.

« Le festival est ouvert à tous les genres de film ; que ce soit les films documentaires, les fictions, les films d’animations. Par exemple : il faut des films d’animations pour toucher les petits, des films documentaires pour toucher ceux qui aiment les documentaire et de la fiction pour toucher toutes les couches. C’est un festival qui parle de film mais qui va au-delà parce que nous avons érigé autour de ce festival le concours de slam. Les paroliers, les gens qui à travers le verbe essaient de transmettre un message, d’où nous parlerons de “l’écoslam” au cours de ce festival. Nous aurons aussi le concours de peinture, parce qu’un peintre peut nous proposer des choses pour changer les comportements vis-à-vis de l’environnement » a ajouté Charles Kodjo Mawufemo Etsi.

Le mercredi 20 avril, une caravane est prévue à travers la ville de Lomé pour annoncer l’évènement. Elle sera suivie dans la soirée par une projection de films en compétition après l’ouverture officielle du festival le matin et la table ronde qui marquera le début du festival qu’abritera le campus universitaire de Lomé.