C’est une jeune association chrétienne qui, grâce à son dynamisme nous a tapé dans l’œil. Elle œuvre auprès des jeunes défavorisés et des personnes vulnérables à Lomé (Togo) et dans des villages, malgré de faibles moyens. Tootogo.tv est allé à la rencontre de l’initiateur de cette association qui nous dévoile ici sa genèse, son mode d’action et, ses activités.

Bonjour Robert Akly, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Tootogo.tv ?

Bien sûr ! Je m’appelle Akly Robert et je suis le responsable de l’Association chrétienne et culturelle, « la Bienheureuse ». C’est une association mise en place depuis 2009 et qui œuvre essentiellement dans le social, le culturel et l’éducatif.

On a aujourd’hui toute une kyrielle d’associations, chrétienne ou non, œuvrant dans le social et l’éducatif. Y avait-il besoin que vous investissez aussi le terrain ?

Il est heureux que de plus en plus de gens prennent conscience de la nécessité de venir en aide aux couches défavorisées de nos populations. Malgré la pléthore d’associations, comme vous dites sur le terrain, ceux à aider restent encore nombreux et beaucoup reste encore à faire pour ces populations donc toute personne ou groupe de personnes, toute initiative ou idée allant dans ce sens demeure je crois, la bienvenue.

Oui mais si toutes ces forces, ces initiatives au lieu d’aller en rangs dispersés se regroupaient, ne seraient elles pas plus efficaces pour la satisfaction de leurs objectifs ?

Cela est vrai mais il faut également tenir compte des stratégies et des approches dans l’action qui, suivant les associations diffèrent.

Quelle serait alors la particularité de votre association « la Bienheureuse » ?

Chez nous ce sont des ex-aidés qui aujourd’hui, aident. Je m’explique : nous avions commencé, dès la naissance de cette association par recruter des enfants et des jeunes de rues, essentiellement dans la localité d’Adidogomé. Ces enfants et jeunes autrefois livrés à eux-mêmes étaient conseillés et on leurs apportaient de menues aides, alimentaires et ou matérielles. Ils étaient inscrits aux cours de catéchisme et nous les accompagnions en essayant de leur inculquer les valeurs morales de la Bible etc… A ces enfants et ces jeunes que nous avons aidé à quitter la rue, la délinquance pour une vie honorable on leur a fait voir l’importance et la nécessite pour eux aussi d’aider ceux qui aujourd’hui sont dans la situation où, il n y’a pas très longtemps, eux-mêmes étaient. Ce sont aujourd’hui ces jeunes qui forment l’ossature de « la Bienheureuse » et qui ouvrent pour les déshérités !

C’est très intéressant en effet. Quelles sont à ce jour, les actions ou activités à votre actif ?

Depuis quelques temps, nous concentrons nos actions sur deux villages où sévit une situation de misère indescriptible. Il y a le village d’Ayomé et celui de Dalavé dans la préfecture de l’Agou (à 95 km au nord-ouest de Lomé). C’est des villages totalement vidés de sa population en âge de travailler qui a cédé aux sirènes des villes. On n’y rencontre en très grande majorité que des vieux, pour la plupart malades, et des enfants quasiment livrés à eux-mêmes. Les rares jeunes restés sur place ne sont là que grâce à quelques petits jobs leur permettant de survivre ou du fait de quelques activités dans leurs églises, comme membre de chorale etc…

Dans ces villages donc, nous procédons à des activités d’insalubrité et aussi de temps en tant à des distributions d’habits usagés, du matériel scolaire à la rentrée des classes ou des distributions de médicaments aux malades que nous tenons à visiter de temps à autres. A Dalavé dans l’Agou, nous avons dernièrement fait des dons en matériels scolaires d’une valeur de 300 000f cfa environ à 60 enfants et des dons de vivres et non-vivres aux malades d’une valeur totale de 180 000f cfa.

Et quelles sont vos sources de financement ? Avez-vous des soutiens ou quelque mécène en dehors de l’association qui vous aide financièrement ?

On aimerait bien mais pour le moment, nous nous autofinançons. Nous avons des groupes de sketches et de folklore dans l’association qui prestent durant des fêtes de mariages, de baptême ou toute autre occasion. Les recettes de ces spectacles qui nous permettent de financer nos activités ainsi que ce nous gagnons en servant de « guide » aux touristes qui viennent au Togo et à qui nous proposons de circuits touristiques.

Et si quelqu’un veut vous voir pour vous aider ou juste participer à vos activités, il fait comment ?

Toute personne intéressée par ce que nous ou voulant nous toucher peut s’adresser à notre siège situé derrière l’église catholique paroisse Marie mère du Rédempteur d’adidogomé ou nous contacter sur les numéros (+228) 22 36 33 08 ou le 90 05 31 86 ou encore le 98 40 81 65

Quels sont vos projets futurs ?

A court terme, nous avons un projet d’organisation de Noël aux orphelins et démunis du village de Dalavé : environ 235 enfants que nous voulons vêtir, chausser, nourrir et égayer le jour de fête. A plus long terme, nous comptons nous investir plus dans ces deux villages dont on vient de parler, afin d’aider les habitants à définitivement sortir de la précarité et l’assistanat en les aidant à développer des activités génératrices de revenus comme l’élevage du porc, des activités de maraichage et autres. Cela aussi permettra à la jeunesse de plus s’exiler mais de rester sur place pour s’occuper des enfants et des vieillards. Nous voulons aussi construire un centre d’accueil pour les enfants de rue afin de mieux préparer leur réinsertion et pour tout ceci, nous invitons tous ceux qui peuvent aider d‘une manière ou d’une autre à nous assister dans ce combat …

C’est le moindre mal que tootogo.tv peut vous souhaiter. Bon vent et plein succès à la « Bienheureuse » !

Merci à tootogo.tv et bien de choses à vos lecteurs.

PARTAGER