« DOVLO OR THE WORTHLESS SWEAT » C’est le titre de l’œuvre de Patron HENEKOU, enseignant à l’Université de Lomé (Togo), rédigée exclusivement en anglais. Parue récemment aux Éditions Awoudy, la particularité de cette œuvre qui vient de s’ajouter à la collection littéraire togolaise a retenu l’attention de Tootogo.tv qui vous en propose une note de lecture.

DOVLO est une pièce de théâtre qui expose un problème récurrent dans nos communautés africaines ; celui relatif au partage de l’héritage en général, des terres en particulier.

Dans un style simple et un langage familier, le dramaturge retrace l’histoire de frères de sang qui se déchirent pour l’héritage laissé par leur père. Le titre de l’œuvre est assez évocateur : « DOVLO » signifie littéralement en éwé, langue parlée au sud du Togo, « un travail futile ».

L’œuvre pour ainsi dire, résume le travail futile d’un père qui a laissé en héritage des terrains autour desquels ses six enfants se déchirent et qui ne profiteront finalement à aucun d’entre eux.

Sur les 62 pages qui résument l’œuvre, Patron Henekou évoque des thématiques liées à la tradition à travers la guerre fratricide déclenchée par Koulepkato , le benjamin des frères orphelins qui s’oppose contre vents et marrées à toute décision de ses frères concernant le partage des terres. Le jeune frère qui était aux côtés du père défunt pendant sa période de maladie prétend que la totalité de l’héritage devrait lui revenir de droit parce que ses autres frères étaient en ville pendant qu’il soutenait tout seul le malade. S’ensuivent des disputes, des chantages, des combats spirituels qui déboucheront sur la destruction de la famille.

Le choix du nom des personnages, la profondeur de la thématique abordée et le style d’écriture qui inclut par moment des termes traditionnels tout le long de la pièce illustrent parfaitement, les questions liées au conflit de génération, les relations homme-femmes dans les sociétés africaines et le partage de l’héritage familial.

« Au-delà de ce phénomène terrien, dont parle l’œuvre, nous pouvons aussi y retrouver la question de la détention du pouvoir que procure la terre en Afrique » a estimé l’auteur.

Outre cependant le sens que l’auteur a voulu donner à l’ouvrage, ce dernier pourrait être soumis à diverses autres interprétations par les lecteurs. Le schéma dépeint par la pièce théâtrale fait penser à la gouvernance politique qui est source de division en Afrique. Pour d’autres encore, il pourrait représenter un symbole d’union des peuples Éwé du Ghana et du Togo, qui partagent les mêmes maux sociaux culturels.

Mais au delà de tous les préjugés « DOVLO » est une œuvre simple mais profonde qui passe au peigne fin les problèmes sociaux de nos communautés et affirme l’identité culturelle des africains.

Selon l’éditeur Komlan Mawuse HEKA, des plaidoyers seront faits dans les prochains jours pour inscrire « DOVLO » dans les programmes scolaires et universitaires pour promouvoir la langue anglaise.

Enseignant au département d’Anglais à l’Université de Lomé depuis 2006, Patron Henekou est également président du club d’écriture « Nimble Feathers ». « DOVLO OR THE WORTHLESS SWEAT » est le premier ouvrage qui lance sa carrière d’écrivain.

PARTAGER