Eugène Attigan-Améti, l’animateur vedette de la télévision togolaise (TVT) condamné pour 10 ans d’emprisonnement pour trafic international de drogue, entame une grève de la faim d’une semaine à partir du lundi 12 Mars 2012 pour protester contre la lenteur et les conditions de son illégale condamnation.

La star du petit écran veut faire triompher la vérité. Loin de vouloir s’immoler, il a opté pour une grève de la faim qui court du 12 au 18 mars. Les ministères de la justice, des droits de l’homme et l’administration pénitentiaire ont reçu à cet effet la lettre d’information du condamné.

Au 12 et 15 mars 2012, ce sera trois mois jour pour jour du jugement et du pourvoi en cassation introduit par la défense de l’incarcéré. Mais depuis, Eugène ne voit rien venir, et semble être délibérément oublié d’entre les mains de la mort.

Lors de sa comparution en décembre dernier, l’accusation a été incapable de démontrer son inculpation, telle la valise et la drogue qu’il transporterait lors de son arrestation. De plus, la date du prélèvement des échantillons de drogue a jeté un flou sur cette affaire. Les prélèvements ont été faits le 06 septembre 2009, selon les documents, alors que les accusés ont été arrêtés le 18 septembre 2009.

Eugène a nié en bloc les faits qui lui étaient reprochés. Il a pointé les méthodes inhumaines et la torture qu’il a subies à l’Agence nationale des renseignements (ANR), lors de son incarcération.

PARTAGER